Actualité de mon livre « Le travail du commun »

Sur ce blog, j’informe de l’actualité de mon livre « Le travail du commun » publié aux Éditions du commun (février 2016, 310 pages, 18 euros). Le livre peut être acheté en ligne sur le site de la maison d’édition : acheter « Le travail du commun ». Il est possible d’en suivre l’actualité également à partir de la page Facebook des Éditions du commun. Le livre est disponible dans les librairies suivantes :
Continuer la lecture de Actualité de mon livre « Le travail du commun »

Jeudi 7 juillet – Sorbonne Paris-Cité – les Nouvelles figures du social

Le jeudi 7 juillet à 9h30, dans le cadre de l’Université d’été Sorbonne Paris-Cité Les nouvelles figures du social (La question sociale au XXIe siècle), je participe à une table ronde « Le social, l’art et la culture » en contribuant sur le thème Arts de faire commun. Pour plus de précision : Table ronde Le social, l’art et la culture. L’après-midi, le même jour, à partir de 14h30, j’anime avec les ami-es du réseau des Fabriques de sociologie un atelier Fabriquer la sociologie.

Samedi 18 juin 2016 – 14h30 – Dunkerque – Halle aux sucres

Dunkerque, à la Halle aux sucres, je contribue à la rencontre « Trajectoires révolutionnaires » en compagnie du comité ZADs, samedi 18 juin à 14h30 : facebook.com/events/965254663523911/. Squatteurs, zadistes, grévistes, hackeurs… expérimentent aujourd’hui à la marge des institutions de nouvelles constructions sociales plus humaines, solidaires et collectives. Comment interpréter le foisonnement de ces révolutions ?

Une recension par Toni Negri dans le n°19 de la revue Variations

Dans le numéro 19 de la revue Variations, Toni Negri signe une recension de mon livre Le travail du commun. A lire ici : Toni Negri, Variations n°19 : « C’est là que le sociologue montre l’originalité de sa méthode : celle qui, à pieds nus, parcourt des territoires inconnus – « ânes du désert », disait un des maîtres de cette sociologie libre et aventurière, « ânes du désert » qui marchent seuls, tracent des pistes et trouvent des sources d’eau. Cette méthodologie est équivoque et ambivalente mais toujours positive ; elle navigue entre hypothèses et résultats qui s’enchevêtrent de manière extrêmement étroite. Dans les années 60, en Italie, nous l’appelions conricerca. Elle manifestait l’identification du chercheur à son objet ou, mieux, la jonction entre le chercheur et le sujet pour construire ensemble les luttes et les nouvelles réalités… elle se caractérisait aussi par la capacité de l’objet à faire retour sur le sujet ».

Vendredi 8 avril 2016 (10h30) – CNAM Paris

Paris (Conservatoire National des Arts et Métiers – CNAM). Vendredi 8 avril 2016 (10h30 / 12h30), j’interviens dans le séminaire « Autonomie, Dépendance, Interdépendance – Tensions dans l’État social et pratiques émergentes » (LISE – Axe C Politique et Action Sociale), à l’invitation de Sylvie Rouxel. Je contribuerai sur « Des enjeux de l’autonomie à la question du commun ». Pour plus de précisions : lise-cnrs.cnam.fr/l-axe-pas/

Jeudi 24 mars – 17h – École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette

À l’occasion de la sortie du livre Construire quoi, comment ? L’architecte, l’artiste et la démocratie. Actes des rencontres nationales des pratiques socioculturelles de l’architecture, auquel j’ai contribué, l’association DIDATTICA organise une rencontre à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette (ENSAPLV). J’y interviendrai en dialogue avec Christophe Goutes et d’autres contributeurs. Lors de cette initiative, mon livre « Le travail du commun » sera présenté. Il pourra être acheté sur place. École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette (ENSAPLV), jeudi 24 mars 2016, à partir de 17h. Pour consulter le programme : Construire quoi, comment?, rencontre Didattica